« CR: BOURGOGNE 2008 | Main | CR: BRUNELLO DI MONTALCINO 2004 »

Producteur: Brancaia


Créé en 1981, ce domaine d'environ 25 hectares a produit son premier vin en 1988, un assemblage de sangiovese (65%), merlot (30%) et de cabernet sauvignon (5%) qui était vinifié dans les chais de la maison Fonterutoli.
Les installations de Brancaia furent inaugurées avec le millésime 1998, qui fut aussi le premier à être vinifié par Barbara Kronenberg-Widmer, avec les conseils du célèbre oenologue Carlo Ferrini. Pour cette occasion, l'assemblage du vin, qui fut baptisé Il blù, fut modifié légèrement. On diminua la proportion de sangiovese (à 50%) pour augmenter celle de merlot (à 45%), une recette qui n'a plus jamais été modifiée. Martin Kronenberg précise que sa femme préfère ne pas varier l'assemblage d'un millésime à l'autre dans le but de donner au vin une identité propre. Les raisins du Il Blù viennent de parcelles situées dans les communes de Radda et de Castellina, dans le cœur du Chianti classico.
Cette verticale de quatorze millésimes a été une occasion en or pour constater de la grande continuité du travail de Barbara et de Martin Kronenberg. Dès les premiers millésimes, le grand vin de Brancaia s'est distingué par son élégance. La recherche désespérée de maturité et d'extraction, qui semble évidente dans plusieurs grands vins toscans, n'a jamais fait partie de la recette du Blù.
Un autre signe de continuité est identifiable dans la capacité de transmettre au vin le caractère des différents millésimes, tout en préservant une excellente qualité de base. Cela est très évident quand on déguste le trio 2001, '02, '03, trois millésimes on ne peut plus différents, dans lesquels on perçoit des caractéristiques particulières aux saisons respectives, mais dans lesquels on a su masquer les défauts pour faire ressortir l'élégance et la pureté du fruit, des qualités qui sont communes à presque tous les Il Blù.
Une seule fausse note dans cette longue verticale, le millésime 2000. Un creux de vague qui a été largement compensé par des grandes réussites comme 2004 et 2006, 1999 et 2001, mais aussi de petits triomphes dans des conditions particulièrement difficiles comme ce fut le cas en 2002 et 2003.
Barbara et Martin ont pris de l'expansion depuis leurs débuts. Le couple possède une quarantaine d'hectares en Maremma, à cinq kilomètres au sud de Grosseto. Brancaia in Maremma a été créé en 1998 et donne, depuis 2002, le Ilatraia, un assemblage de cabernet sauvignon (60%), sangiovese (30%) et de petit verdot (10%) qui montre beaucoup de potentiel pour un vin issu de si jeunes vignes.


"Il blù" Toscana i.g.t. 2007, Fattoria la Brancaia
Rubis-pourpre, excellente saturation. Nez profond, d'excellente maturité, avec des arômes de mûres, de vanille, de moka. Bouche ample, veloutée, glycérinée mais étonnamment fluide et accessible, moins dense et structuré que le 2006, avec des saveurs de fruit noir d'assez bonne concentration, auxquelles s'ajoutent des accents épicés, réglissés en finale.
(***½ @ **** - mai/11 - Fed)

"Il blù" Toscana i.g.t. 2006, Fattoria la Brancaia (SAQ 10769622 - 83,00$)
Rubis-pourpre, très bonne saturation. Mûr, profond, doté de très beaux arômes fruités, kirsch, mûres, aux accents de cuir, d'épices. Bouche ample, dense, de très bonne matière, des saveurs de fruit d'excellente concentration, des accents d'épices, de cuir, une très longue finale vaporeuse. Très belle réussite!
(**** @ **** ½ - mai/11 - Fed)

"Il blù" Toscana i.g.t. 2005, Fattoria la Brancaia
Rubis-pourpre, très bonne saturation. Mûr, profond, avec des arômes de fruits noirs, sur un fond réglissé, terreux, moins de précision que 2004 et 2006. Bouche dense, glycérinée, belles saveurs de cerise noire, plus acidulée et astringente que le millésime précédent, avec une finale légèrement chaleureuse.
(*** ½ - mai/11 - Fed)

"Il blù" Toscana i.g.t. 2004, Fattoria la Brancaia
Rubis, très bonne saturation. Beau nez, doté d'un fruité profond, très mûr, avec des arômes crémeux ce mûres et de myrtilles, sur un fond minéral, réglissé. Bouche ample, dense, glycérinée, du volume, de la maturité, un peu plus de puissance que dans les autres millésimes, avec un peu de chaleur en fin de bouche, finale longue et intense, aux accents de kirsch.
(**** @ **** ½ - mai/11 - Fed)

"Il blù" Toscana i.g.t. 2003, Fattoria la Brancaia
Rubis, excellente saturation. Mûr, profond, terreux, avec des arômes de fruits noirs, sans traces de surmaturité. Bouche dense, compacte, avec des tannins fermes, astringents, plutôt massif, un brin monolithique, terreux, réglissée, de bonne longueur. Définitivement changé par le millésime, quoiqu'il ait gardé suffisamment de fraîcheur.
(*** ½ - mai/11 - Fed)

"Il blù" Toscana i.g.t. 2002, Fattoria la Brancaia
Rubis-grenat, très bonne saturation. Discret, délicatement parfumé, des arômes de fruit noir, d'épices, belle fraîcheur. Bouche d'assez bonne matière, vraiment étonnante pour le millésime, cerise noire bien mûre, trame serrée, harmonieuse, assez bonne finale de cerise et de réglisse. Très beau travail.
(*** ½ - mai/11 - Fed)

"Il blù" Toscana i.g.t. 2001, Fattoria la Brancaia
Rubis, très bonne saturation. Beau nez, profond, mûr, avec des arômes de fruit noir, de kirsch, du chêne et des accents de tabac. Bouche ample, de belle matière, avec une trame serrée, compacte, légèrement astringente, des saveurs de bonne intensité, kirsch, réglisse, épices, tabac, bonne finale. Une belle réussite.
(**** - mai/11 - Fed)

"Il blù" Toscana i.g.t. 2000, Fattoria la Brancaia
Rubis-grenat, très bonne saturation. Le nez offre des arômes viandé, ainsi que du tabac, et du champignon, mais il manque de netteté, le fruit s'exprime avec peu de conviction et il y a des arômes qui faussent, on demande à Martin Kronenberg ce qu'il pense de la bouteille et il répond, en haussant les épaules, que c'est un 2000. La bouche est d'assez bonne concentration, avec des la réglisse et du tabac, une trame serrée, assez polie, aboutissant en une finale discrète de tabac.
(** ½ - mai/11 - Fed)

"Il blù" Toscana i.g.t. 1999, Fattoria la Brancaia
Rubis, très bonne saturation. Profond, de bonne maturité, avec des notes de fruit noir, d'épices, d'herbes, de cuir et de réglisse, évoluant vers le moka. Bouche ample, de bonne matière, trame serrée, finement astringente, mois de poids que souhaitable en fin de bouche, avec des trace de cerise et de chocolat noir.
(**** - mai/11 - Fed)

"Il blù" Toscana i.g.t. 1998, Fattoria la Brancaia
Rubis-grenat, très bonne saturation. À point, avec des arômes de fruit noir qui se mêlent à des nuances épicées, du tabac, de la réglisse. Bouche de corps moyen, acidité, astringence, concentration moyenne, tabac, épices, finale subtile mais persistante, aux accents de cerise et d'épices.
(*** @ *** ½ - mai/11 - Fed)
"Brancaia" Toscana i.g.t. 1997, Fattoria la Brancaia
Rubis-grenat, très bonne saturation. Plus puissant et mûr, avec des arômes de tabac et de réglisse, des notes de fruits noirs, d'épices. Bouche moins expressive, astringente, monolithique, avec une finale de tabac.
(*** @ *** ½ - mai/11 - Fed)

"Brancaia" Toscana i.g.t. 1996, Fattoria la Brancaia
Grenat, très bonne saturation. Évolué, arômes de fruit noir, d'épices, une touche florale, du cuir neuf. Bouche veloutée, belles saveurs de tabac de Havane, acidité, légère astringence, belle finale de tabac et de thé.
(*** ½ - mai/11 - Fed)

"Brancaia" Toscana i.g.t. 1995, Fattoria la Brancaia
Grenat, très bonne saturation. Évolué, avec des arômes de sous-bois, d'épices, du fruit noir, du goudron, des herbes. Bouche de corps moyen, acidité assez soutenue, plutôt tertiaire, goudron, tabac.
(*** @ *** ½ - mai/11 - Fed)

"Brancaia" Toscana i.g.t. 1994, Fattoria la Brancaia
Grenat, très bonne saturation. Évolué, des arômes de sous-bois, un caractère légèrement viandé, du tabac, des herbes, du champignon. La bouche de corps moyen possède une acidité assez harmonieuse, elle prend de l'ampleur en s'oxygénant, saveurs de sous-bois, de thé, de réglisse, finale discrète mais de bonne longueur.
(*** ½ - mai/11 - Fed)