« CR: BRUNELLO DI MONTALCINO 2004 | Main | CR: PIEMONTE 2006 »

CR: BOURGOGNE 2009

La première dégustation de la saison 2011-12 couvrait l'excellent millésime 2009, en Bourgogne. Plus précisément les blancs, à partir des grands crus de Chablis, jusqu'aux vins du Mâconnais, en passant par les grands terroirs de la Côte d'Or.

Le millésime 2009 est potentiellement un des meilleurs de la décennie. Toutefois, comme le précise Henri Boillot, il fallait vendanger tôt afin de préserver l'acidité dans les vins.

Les bourgognes 2009 sont effectivement des blancs de grande maturité, un peu comme l'étaient les 2006, mais avec un caractère moins voluptueux. La maturité leur apporte plus de puissance que d'exotisme. Ça peut donner des vins parfois un peu chauds et dépourvus de définition.

Le premier volet, de cette dégustation à l'aveugle, était une comparaison de trois grands crus de Chablis, qui a été remportée assez aisément par le Vaudésir de la maison Verget.

Le deuxième volet se compliquait de la présence d'un vin fantôme, servi à doublement à l'aveugle (non seulement les participants ne savaient dans quel verre il était servi, mais ils n'en connaissaient pas l'identité non plus.) Bien des membres du panel ont crû l'identifier dans le verre numéro un, en raison de l'exubérance du nez. C'était faux! Le fantôme, le Chardonnay Maté's vineyard de Kumeu River, un producteur Néo-Zélandais qui nous donne des chardonnays très élégants, était dans le verre numéro trois et il a facilement remporté le volet.

Les jeux se faisaient sérieux dans le troisième volet, avec la présence de quelques très grandes pointures, dont un Criots-Bâtard-Montrachet de Henri Boillot. Ce ténor devait composer avec la présence du très charmant premier cru Meursault-Charmes d'Olivier Bernstein, qui a donné plus que du fil à retordre à son supérieur, ainsi qu'avec le très élégant Morgeot de Verget, un vin qui se détaillait à une fraction du prix des deux premiers. La domination a été nette et sans équivoques, le Meursault a raflé plus de la moitié des votes et le nom d'Olivier Bernstein ne sera pas oublié de si tôt par les participants de cette très belle dégustation.


J'achète ou je n'achète pas

Il s'agit d'un millésime potentiellement grandiose, tout amateur qui se respecte se doit d'avoir des bourgognes 2009 dans sa cave! Toutefois, j'ai l'impression que, particulièrement avec les blancs, il faudra être attentifs à ne sélectionner que les vins de producteurs qui ont su éviter les excès de maturité. Goûter avant d'acheter, dans la mesure du possible, sera certainement la meilleure approche avec ces vins.

 

1er volet
Verre #1 Verget - Vaudésir 7 votes
Verre #2 Brocard - Les clos 2 votes
Verre #3 Piuze - Bougros 4 votes

Chablis grand cru "Vaudésir" 2009, Verget (SAQ - 72,00$)
Robe dorée, pâle. Nez mûr, aux nuances de miel et de fleur blanches, de pomme, minéral, avec quelques accents de lanoline. Très belle bouche ample, racée et de très belle précision, du gras, un beau fruit et une minéralité persistante. Très réussi.
(**** - sept./11 - Fed)

Chablis grand cru "les clos" 2009, J. M. Brocard (SAQ - 81,00$)
Robe dorée, pâle. Nez très minéral, avec des accents de poussière de roche, de pierre à fusil, un fruit discret, aux nuances d'agrumes. Bouche ample, racé, elle semble plus mûre et expressive, tendue par une saine acidité, des saveurs de limette et une belle minéralité.
(**** - sept./11 - Fed)

Chablis grand cru "bourgos" 2009, Piuze (SAQ - 55,00$)
Robe dorée, moyennement soutenue. Nez mûr, aux nuances de miel, de pomme, de croûte de pain. Bouche ample, dotée de beaucoup de gras, à la limite de la mollesse, du volume et de la maturité au détriment de l'élégance et de la droiture qui devraient distinguer un grand chablis, finale aux relents de chêne épicé et de sucre brun.
(*** @ *** ½ - sept./11 - Fed)

 

 

2e volet
Verre #1 Ch. de Chorey - Grèves 2 votes
Verre #2 Brett - Carementrant 3 votes
Verre #3 Kumeu - Maté's 8 votes

Beaune "sur les grèves" 2009, Château de Chorey (SAQ - 98,00$)
Robe dorée, soutenue. Nez sublime, très expressif, avec des arômes de noisette, d'agrumes, des accents floraux exotiques, vraiment très intense et engageant. En bouche, toutefois, la musique est bien différente: dense et onctueuse, avec une amertume boisée prononcée, beaucoup de maturité, des saveurs presque de banane et une finale chaude et lourde, aux relents d'anis. La splendeur du nez ne compense pas tout à fait pour le manque de tenue en bouche.
(*** @ *** ½ - sept./11 - Fed)

Pouilly Fuissé "en carementrant" 2009, Bret Brothers (SAQ - 47,00$)
Robe dorée, pâle. Nez discret, avec de jolies nuances de poire et de camomille. Bouche de bonne maturité, saveurs de pomme mûre, légère amertume minérale, onctueuse, mais de faible acidité, ce qui lui enlève un peu de tenue et de définition.
(*** ½ - sept./11 - Fed)

Chardonnay Maté's vineyard 2007, Kumeu River (SAQ - 47,00$)
Robe dorée, soutenue. Premier nez plutôt discret, il évolue positivement vers un ensemble très élégant, aux nuances boisées qui rehaussent subtilement les notes d'agrumes et de fruit blanc. La matière et mûre, mais de très bonne acidité, presque perlante sur le palais, avec des saveurs de noisette, d'agrumes et une finale soutenue, légèrement beurrée. Très beau chardonnay!
(**** - sept./11 - Fed)

 

 

3e volet
Verre #1 Verget - Morgeot 2 votes
Verre #2 Bernstein - Charmes 8 votes
Verre #3 Boillot - Criots-Bâtard 3 votes

Chassagne Montrachet 1er cru Morgeot 2009, Verget (SAQ - 72,00$)
Joli nez, délicat, très chablisien, avec des notes de fruits blancs, aux accents floraux, sur un fond minéral assez net. Belle bouche, pleine, élégante, avec des saveurs de crème de citron, une belle minéralité, persistant.
(*** ½ @ **** - sept./11 - Fed)

Meursault-Charmes 1er cru 2009, Olivier Bernstein (SAQ - 145,00$)
Le nez est d'une délicatesse remarquable, avec des arômes de cire et d'amande, qui se compliquent de nuances florales, belle fraîcheur. Bouche extrêmement élégante, des saveurs de fruit blanc, avec des accents floraux, vanillés, beaucoup de fraîcheur et d'élégance, l'élevage 100% bois neuf est pratiquement imperceptible, la finale possède un caractère minéral, noisetté, de première classe! Sublime!
(**** @ **** ½ - sept./11 - Fed)

Criots-Bâtard-Montrachet grand cru 2009, Henri Boillot (SAQ - 249,00$)
Nez marqué par un caractère fumé, de noisette grillée et de chêne, le tout étant particulièrement intense. La bouche est ample, structurée, avec une acidité bien soutenue qui lui confère beaucoup de tonus, des accents de limette, des traces boisées, fumées, minérales, une longue finale aux relents épicés, beurrés. Le boisé est un peu envahissant pour le moment, mais le vin est doté d'une matière et d'une structure magnifiques, son vieillissement semble garanti!
(**** @ **** ½ - sept./11 - Fed)